Industrie 4.0 - Comment assurer une mise en œuvre réussie ?

Industrie 4.0 - Comment assurer une mise en œuvre réussie ?

Il ne fait aucun doute que le monde devient de plus en plus numérique. Aujourd'hui, 127 nouveaux appareils sont connectés à l'internet chaque seconde, les gens vérifient leur téléphone portable environ 150 fois par jour et la puissance de traitement des ordinateurs double tous les 18 mois. En ce qui concerne l'industrie de la production, les outils associés à l'industrie 4.0 font partie des plans stratégiques des organisations depuis plusieurs années déjà. Néanmoins, 7 transformations numériques sur 10 échouent.

Pourquoi les transformations numériques échouent-elles ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles un projet de transformation numérique ne fonctionne pas. Au début, l'absence d'un diagnostic complet des points critiques et l'absence de conception d'une stratégie numérique claire peuvent conduire à la mise en œuvre de solutions numériques dans des domaines peu prioritaires et à des activités ayant un faible retour sur investissement. Le passage à un déploiement global sans avoir d'abord réalisé un pilote réussi et défini un plan de déploiement par étapes peut être une autre raison qui mène à un déploiement sans fin. En outre, le fait de passer à la mise en œuvre de solutions numériques sans comprendre l'entreprise peut également entraîner l'automatisation des gaspillages au lieu de résoudre les causes racines des problèmes et de simplifier les processus. La méconnaissance de la culture d'entreprise et de la formation des personnes aux nouveaux outils contribue enfin à la démotivation dans l'utilisation des nouveaux outils numériques.

Qu'est-ce que l'industrie 4.0 ?

Également connue sous le nom de 4e révolution industrielle, celle-ci vise à améliorer l'efficacité et la productivité des processus par la mise en œuvre de trois grandes approches complémentaires : l'automatisation, le flux d'informations numériques et les analyses avancées (advanced analytics).

L'automatisation consiste à appliquer des techniques informatiques ou mécaniques dans le but de réduire l'utilisation de la main-d'œuvre dans tout processus. Pour ce faire, on utilise des robots de production industrielle, des robots collaboratifs, des véhicules automatisés (AGV) et des véhicules autonomes (AMR), des entrepôts automatisés et diverses techniques de fabrication additive (exemple : impression 3D). Les systèmes Karakuris sont également considérés comme des systèmes d'automatisation, même s'il s'agit de solutions technologiquement plus simples qui utilisent la gravité pour mécaniser des tâches physiques. La palettisation automatique ou le déplacement des produits sur des convoyeurs sont des exemples d'automatisation dans des lignes de production semi-automatiques.

Le deuxième axe critique pour un processus de numérisation concerne le flux d'informations. Il est essentiel de rendre automatique la collecte des informations sur les processus, les équipements et les données de production pour garantir un flux continu d'informations actualisées. Pour obtenir ces informations instantanées, il faut par exemple recourir à l'installation de capteurs de collecte de données, à la connectivité entre les appareils (internet des objets) et à la réalité virtuelle/augmentée. L'utilisation de capteurs aux points clés du processus permet de transmettre aux salles de contrôle les informations les plus importantes, comme la température ou la vitesse, qui sont ensuite utilisées pour la prise de décision. La réalité augmentée peut servir à effectuer des tâches de maintenance à distance. Dans ce cas, l'opérateur qui effectue les tâches sur le site porte des lunettes de réalité virtuelle qui lui permettent de communiquer avec un technicien spécialisé qui se trouve à un autre endroit, lui montrant directement ce qu'il fait et recevant des instructions par la voix ou les images du spécialiste à distance.

Quant aux analyses avancées, elles traitent et analysent beaucoup plus rapidement les informations provenant de divers processus et proposent des solutions pour des prises de décision fondées. Cela se fait à l'aide d'outils tels que le Data Mining, les rapports de business intelligence, le jumeau numérique et l'intelligence artificielle. Un exemple d'application de ces outils peut être, à partir des données collectées par les capteurs, de faire des prévisions d'usure des pièces d'un équipement, ou des corrélations entre les variations des différents paramètres du processus et le résultat final dans le produit fabriqué.

Bien que la collecte, le traitement et l'analyse des données puissent également se faire manuellement, par le biais d'observations et de mesures du temps, la numérisation de ce processus apporte une plus grande fiabilité et rapidité, permettant de prendre des décisions plus rapidement et avec plus d'assurance.

Comment réussir la mise en œuvre de l'industrie 4.0 ?

Si l'on examine la liste des technologies énumérées ci-dessus, on constate rapidement qu'elles soutiennent les activités de l'entreprise. Dans ce contexte, et pour exploiter tout son potentiel, il est nécessaire de commencer par un diagnostic de maturité numérique pour comprendre la situation actuelle. Ce diagnostic évalue la maturité de l'organisation en fonction de plusieurs facteurs, à savoir la gouvernance numérique et des données, la cybersécurité, les compétences numériques des employés, la mise en œuvre agile, l'automatisation, le flux d'informations numériques et les analyses avancées.

Une fois la maturité numérique diagnostiquée, il convient d'analyser les écarts identifiés par rapport aux standards du secteur et de comprendre les solutions numériques applicables aux problèmes et aux opportunités détectés. À ce stade, il est crucial de comparer le ROI entre chacune des solutions identifiées.

L'étape suivante est la mise en œuvre dans le cadre d'un projet pilote, où les processus doivent d'abord être revus avant toute numérisation. Cette révision comprend la réingénierie des processus critiques, ce qui permet d'éviter toute automatisation inutile. La phase pilote sert à valider le concept de la solution conçue et à confirmer le ROI attendu. C'est une étape essentielle pour la réussite de la transformation globale de l'entreprise.

Une fois que le succès de la mise en œuvre du pilote est confirmé, un déploiement en plusieurs étapes doit être lancé. Premièrement, au niveau de la zone pilote, c'est-à-dire un département ou un site, et seulement ensuite étendre le processus globalement à l'ensemble de l'organisation.

La gestion et la technologie doivent être conjuguées pour assurer la réussite de la transformation numérique, en veillant à ce que l'accent soit mis sur les personnes et les processus. Tout au long de la mise en œuvre, il est essentiel de veiller à ce que les employés soient formés aux nouveaux outils, que la direction soit impliquée dans l'incorporation stratégique de cette initiative et que le ROI soit évalué dans chaque nouveau secteur où la solution est appliquée.

Recent Posts

 

Newsletter

Recevez les dernières actualités de Kaizen Institute. Abonnez-vous.

* champs obligatoires

arrow up