Amélioration continue et Leadership : une question de genre ?

Amélioration continue et Leadership : une question de genre ?

En décembre dernier, le magazine Time a nommé Joe Biden et Kamala Harris "Personnalités de l’année". Tous deux ont prêté serment le 20 janvier. Harris, cependant, est entrée dans l'histoire en étant la première femme noire et asiatique à devenir Vice-Présidente des États-Unis.

Au cours de la cérémonie d'inauguration, M. Biden lui-même a déclaré : "Il y a 108 ans, des milliers de manifestants ont essayé d'empêcher des femmes courageuses de marcher pour leur droit de vote. Aujourd'hui, Kamala Harris est la première femme Américaine à prêter serment en tant que Vice-Présidente. Ne me dites pas que les choses ne peuvent pas changer".

En Europe, après 16 années de fonction et avec la reconnaissance de son pays, Angela Merkel a annoncé sa retraite politique. Principal Leader politique de l’Europe, elle est un exemple clair de la rupture du plafond de verre. Son gouvernement a été caractérisé par sa fermeté et sa détermination, ainsi que par son côté plus humain, qui a été encore plus perceptible lors de crises telles que celle qui s'est produite en 2008, la crise de l'immigration et l'actuelle pandémie Covid-19.

Contrairement au plafond de verre, de nombreuses sources font référence à la « glass cliff (ou falaise de verre), décrivant l'idée que lorsqu'une entreprise est en difficulté, une femme dirigeante gère mieux la crise, en assumant des valeurs stéréotypées concernant les femmes, telles que l'empathie et l'intuition.

Ce concept soulève la question suivante : les femmes sont-elles mieux adaptées à la gestion des crises ?

Un leader KAIZEN™ doit se concentrer sur les bonnes pratiques visant à transformer les équipes de gestion en équipes capables de donner l'exemple et qui s'engagent et s'impliquent à 100% dans l'amélioration continue. Selon cette définition, rien n'indique qu'il s'agit d'une question de genre.

Depuis des années, Bill et Melinda Gates sont en tête de tous les grands leaders mondiaux. Gates lui-même définit les leaders comme suit : "Si nous regardons vers l'avenir, les leaders du siècle prochain seront ceux qui donnent force aux autres". Un leader ne se limite pas à la gestion collective d'une entreprise ou d'un groupe social, un leader sera seulement aussi grand que l'exemple qu'il ou elle donne à son équipe ou aussi grand que l'impulsion qu'il ou elle génère pour eux.

Un bon leader nécessite une formation et des compétences de gestion basées sur la compréhension et l'empathie, mais seulement 42% sont formés au leadership, le sexe féminin représentant un pourcentage considérablement plus faible que le sexe masculin. Selon l’ONU Femmes, "les femmes sont sous-représentées non seulement en tant que votantes, mais aussi dans les postes de direction, que ce soit dans les fonctions élues, l'administration publique, le secteur privé ou l'enseignement", et cela s'explique principalement par deux obstacles : d'une part les obstacles structurels constitués par des lois et des institutions discriminatoires, et d'autre part, les femmes ont moins de chances d'avoir accès à l'éducation, à la formation, aux contacts et aux ressources nécessaires pour devenir des leaders capables de mener leur pays, leur entreprise ou leur organisation vers une croissance durable fondée sur l'amélioration.

Le développement durable ne sera pas possible sans l'égalité des genres. À cette fin, l'Agenda 2030 a été créé lors du sommet des Nations Unies à New York en 2015. Les Objectifs de Développement Durable remettent en question l'inégalité, avec la promesse que personne ne sera laissé pour compte.

Au World Economic Forum (WEF) ou Forum de Davos, un aperçu du prochain événement, caractérisé par la durabilité et l'inclusion, a eu lieu. Lors de cette première réunion en ligne, l'impact de la crise sanitaire et économique sur l'égalité au travail a été discuté. La pandémie actuelle a mis un frein majeur à l'économie, laissant les professions les plus mal loties dans une situation plus vulnérable. En outre, le confinement a également soulevé la question de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, un aspect que les familles doivent encore aborder. Cela, loin d'être une opportunité, a signifié une charge plus importante pour les femmes, qui se voient encore trop souvent "attribuées" des responsabilités telles que la gestion du ménage ou la garde des enfants (et dans ce contexte, même l'éducation et la formation).

La discrimination au travail a une origine éducative et sociale, et au-delà de tout le soutien gouvernemental en faveur de la discrimination positive ou des incitations économiques, la clé réside dans le changement de paradigme, la compréhension que la diversité apporte aux entreprises une plus grande richesse, et quel meilleur moment qu'une crise où de fortes doses de créativité sont nécessaires à la survie ? Il ne s'agit pas de financer l'égalité des genres, mais de comprendre que la différenciation est un désavantage pour toute entreprise, et que les pays, les organisations, les entreprises, s'engagent par principe en faveur de l'égalité.

Même s'il est vrai que nous commençons cet article en citant des femmes qui ont marqué l'histoire, la réalité est que l'égalité des genres ne sera pas atteinte tant que cela ne se passe qu’à travers les médias.

La voie vers l'égalité deviendra plus rapide plus elle sera basée sur l'amélioration continue, impliquant tout le monde, chaque jour et partout. La communication efficace, garantissant que chacun est impliqué et conscient de son impact sur l'entreprise et sur la société, ainsi qu'un système de formation et d'autonomisation de tous les employés, de même que la recherche constante visant à transformer les écarts en opportunités, permettront un développement et une croissance durables dans lesquels les dirigeants seront reconnus pour leurs compétences et non pour "une question de genre".

Recent Posts

 

Newsletter

Recevez les dernières actualités de Kaizen Institute. Abonnez-vous.

* champs obligatoires

arrow up