Smart Cities

Smart Cities

Dans un monde où il existe de nombreux défis et d'immenses opportunités, il est essentiel de comprendre que les résultats obtenus grâce à la technologie seront d’autant plus importants que l’excellence organisationnelle et opérationnelle d'une ville, ou d'un territoire, augmentera.

Imaginez une ville avec des informations qui vous sont pertinentes : des panneaux d'affichage modifiables, des menus de restaurants personnalisés ou même des informations en temps réel sur les hébergements disponibles, les itinéraires principaux et la meilleure route à suivre. Imaginez une ville pensée et organisée de la manière la plus intelligente possible, du transport à la gestion des déchets, dans le but de rendre la vie quotidienne plus simple, mais aussi d'encourager à la fois, la réduction de la consommation des ressources et la protection de l'environnement (Khanna 2016). C'est déjà une réalité plus proche qu’on ne le pense et qui a motivé plusieurs débats comme celui engagé lors du 27ème Congrès des Entreprises Numériques à Lisbonne, Portugal.

Le terme de ville « numérique » ou « intelligente » est devenu récurrent dans le monde de la technologie et des affaires. Et ce n'est que le début. En 2021, des économies d’environ 19 milliards de dollars devraient être réalisées grâce à la réduction de la consommation d'énergie et des émissions atmosphériques et à l’utilisation de la technologie à l'appui de villes efficaces (Real Readers 2016). Et bien que cela ressemble encore à une utopie, Singapour, Barcelone, Londres, San Francisco et Oslo mènent déjà la course de l’évolution technologique et nous ne croyons pas qu'elles s'arrêteront de sitôt.

Ce besoin est renforcé par la forte croissance des méga villes - territoires urbains de plus de dix millions d’habitants – qui ont besoin d’un développement rapide de leurs infrastructures et de leurs services publics ainsi que de la sécurité environnementale. Alors que les pays développés utilisent la technologie pour rendre leurs villes plus efficaces, plus attrayantes à vivre et à visiter et plus attractives pour les investisseurs, les pays émergeants recherchent des solutions numériques qui permettent de répondre déjà à la croissance démographique massive, mais aussi aux futures migrations des zones rurales vers les centres urbains ainsi qu’à la raréfaction des ressources.

Ce qui était autrefois visionnaire est maintenant normal : la technologie est aussi essentielle que l'eau, le gaz et l'électricité. La revitalisation, pour une ville, de ses quartiers anciens ou de ses nouvelles extensions doit rendre prioritaire l'application de la technologie, bien en amont : cela en intégrant une approche holistique, pour dynamiser les centres urbains.

L'Union européenne, elle-même, est vigilante pour ce changement et a décidé de donner 1,7 million d’Euros, à Lisbonne, pour mettre en œuvre des techniques qui rendront la ville plus durable. Ce programme – Sharing Cities - a commencé en 2016 et permettra à Lisbonne, Londres et Milan de tester des solutions dans un délai de cinq ans et ainsi servir de terrain d’expérimentation. À la fin, les changements seront étendus au reste de l'Europe. Le succès des villes et des territoires numériques dépend de la convergence vers la gestion intégrée des opérations : tous les décideurs regroupés dans un espace central, et d'un point de vue numérique : des plates-formes intelligentes qui intègrent les différentes solutions de gestion des opérations d'une ville. Ainsi, il est essentiel de gérer efficacement et rigoureusement toutes les informations collectées. C’est l’histoire qui se joue en temps réel. Sur cette question, prenons l'exemple de Cascais, où, en juillet 2016, MobiCascais est né - une plate-forme de mobilité intégrée qui a rompu avec le modèle de mobilité tel que nous le connaissons habituellement.

Ce projet, mené en partenariat avec Kaizen Institute, vise à créer un écosystème de mobilité unique pour l'utilisateur final, en passant d'une approche basée sur l'offre à une perspective centrée sur le client. La plate-forme permet à l'utilisateur de choisir différentes solutions de mobilité en fonction du confort, de la commodité, du temps, des coûts et de l'empreinte écologique générée. Le projet vise à intégrer différentes options de transport - voiture, train et bus- en ajoutant 1200 vélos, 5 lignes de bus de soutien et plus de 21 000 places de stationnement.

Les avantages sont indéniables et convaincants. Au cours de la prochaine décennie, les changements structurels prévus devraient entraîner une réduction de 50% de la consommation d'énergie et 80% de la consommation d'eau, ainsi que des réductions de 20% de la circulation automobile et des taux de criminalité (Elfrink 2012).

Tout en jouant un rôle de facilitateur reconnu, la technologie toute seule n'est pas une solution, à moins qu'elle ne soit adossée à une gestion intelligente, à des entreprises disruptives et à des citoyens motivés (The Economist 2016). Il appartient aux gouvernements de chaque pays, de jouer un rôle clé, à la fois dans l'évolution technologique et l’amélioration des conditions de vie de leurs populations et dans la durabilité des solutions mises en place. Cela implique que les décideurs mènent ce processus en fonction des attentes technologiques des citoyens qui recherchent disponibilité, accessibilité et sécurité.

L'application des méthodologies Kaizen, en parallèle de la transformation numérique, dans les villes et les territoires, devient pertinente. Il est nécessaire d'intégrer ses principes de base dans le modèle de gestion utilisé par les décideurs, en vue de maximiser la valeur accordée au citoyen et l'élimination constante du gaspillage. Nous vivons à une époque où il est crucial de faire plus avec moins, en supposant une pénurie notoire des ressources naturelles de notre planète. Ce problème conduit au besoin d'approches transversales, intégrées, simples et efficaces. Les décideurs doivent maîtriser l'ensemble de la chaîne de valeur et toutes les approches de gestion (mobilité, transport, gaspillage, énergie, eau …) pour maximiser l'efficacité et mettre toujours le citoyen au centre de la stratégie.

« Dans un monde où il existe de nombreux défis et d'immenses opportunités, il est essentiel de comprendre que les résultats obtenus grâce à la technologie seront d’autant plus importants que l’excellence organisationnelle et opérationnelle d'une ville, ou d'un territoire, augmentera ». Les limitations liées au fonctionnement intelligent de toutes les villes montrent que nous sommes juste au début de la route. Cependant, les bonnes nouvelles sont que l'avenir est déjà demain et que nous n'avons d'autre choix que d'être préparés.

Bibliographie:

Elfrink, W. (2012). The smart-city solution. McKinsey&Company Articles.

The Economist. (2016). Startup My City – Smart and sustainable cities: opportunities and challenges

Khanna, P. (2016). Urbanisation, Technology and the Growth of Smart Cities

Real Readers. (2016). Europe Dominates 2016 ‘Smart City” Leaderboard

ONU Habitat (2016). World Cities Report

 

Recent Posts

 

Newsletter

Recevez les dernières actualités de Kaizen Institute. Abonnez-vous.

* champs obligatoires

arrow up